Gaudiès

Maire : Philippe VIDAL

Adresse : Le village 09700 GAUDIES

Horaires :

Mardi de 10h à 12h

Vendredi de 14h à 17h

Contact :

Tel : 05.61.60.17.90

Fax : 05.61.68.16.64

Mail : mairie.gaudies@wanadoo.fr

Le sentier de Gaudiès

entre diversité paysagère et patrimoine

D’un niveau de difficulté facile, le sentier de Gaudiès vous amènera à la découverte de divers paysages entre terrefort, collines et montagne mais aussi à la rencontre de plusieurs milieux naturels avec la proximité de la rivière l’Hers et la traversée de plusieurs secteurs boisés.

Le sentier vous fera également découvrir la riche histoire de la commune de Gaudiès :

Le village et son terroir forme une importante seigneurie appartenant aux évêques de Toulouse. Le premier village était implanté sur la rive opposée de l'Hers (rive droite) avec une église paroissiale et son cimetière. Suite à la construction du château au 12e siècle en rive gauche, un premier castrum apparait. Au fil du temps, peut-être suite à des inondations ou des apports de populations nouvelles, le village de la rive gauche dénommé Gauderiis prend de plus en plus d’importance. A la fin du 16e siècle, la seigneurie est vendue aux Villemur, seigneurs de Pailhès et Bonnac. De 1594 à 1840, elle appartiendra à la famille des Lévis. Le château, l'église de la rive droite, Notre-Dame de l'Obit, et une partie du village, sont endommagés au cours des guerres de religion. L'ancienne église paroissiale est alors remplacée par l'édifice actuel, rive gauche, mentionné pour la première fois en 1630. Seul l'ancien cimetière est conservé sur l'autre rive de l'Hers jusqu'à la Révolution. Deux moulins à farine sont mentionnés en vis-à-vis sur les rives de l'Hers, au nord du village : le grand moulin de Taladol, rive droite, attesté en 1174, annexé plus tard par l'abbaye de Boulbonne, restauré en 1525 puis détruit en 1586, et un petit moulin rive gauche. Ils seront rachetés puis reconstruits par les Lévis en 1630. Seul est conservé le moulin implanté au lieu-dit le Moulin.

topo_guide_sentier_de_Gaudiès.png

Rejoignez le site de l'Office de Tourisme Intercommunal pour en savoir plus sur ce sentier, ou pour découvrir d'autre activités.

Du point de départ du sentier, vous pouvez apercevoir la deuxième église de Gaudiès construite autour de 1630.

On remarque dans sa maçonnerie de nombreux remplois d'éléments architecturaux d’époque romane : fût de colonne, corniche à décor de billettes, éléments d'encadrement qui proviennent sans doute de l'ancienne église de la rive droite.

L'église est restaurée de 1858 à 1870 par l'architecte diocésain Ferdinand de Coma qui fait réaliser le beau plafond en bois polychrome visible à l’intérieur.

En poursuivant la balade, le château seigneurial se laisse entrapercevoir. Construit en 1280 par l'évêque Bertrand de l'Isle-Jourdain et achevé au début du 14e siècle, il comprend alors quatre tours d'angle et est entouré de fossés.

 

A la fin du 14e siècle, des maisons sont construites dans la cour par la population afin d’être protégée par les remparts. Les 15e et 16e siècles sont marqués par les troubles des guerres de Religion au cours desquelles les tours et les murailles sont endommagées.  Bien que, jusqu'au 16e siècle, l'évêque ne séjourne plus à Gaudiès, le château devient la Chambre épiscopale de Gaudiès, chef d'une importante châtellenie qui comprend en particulier les seigneuries de La Bastide-de-Garderenoux, Esplas, Saint-Michel et Saint-Martin-d'Oydes.

 

En 1568, le cardinal d'Armagnac vend le château.

 

En 1584, la famille de Lévis en devient propriétaire, et ce jusqu'en 1840, à l'exception de la période révolutionnaire.

Puis, vous franchirez l’Hers sur un pont bâti en 1899. En effet, le dernier pont de bois s’est effondré en 1897 suite à une crue.

Vous passerez devant le château de Malportel qui tire son nom de « mauvaise porte » et devait correspondre à une petite porte ouvrant dans les fortifications du premier village en rive droite. Ce château est élevé par François de Baron, viguier à Pamiers en 1565.

En 1645, Catherine de Baron, épouse François de Johannis de Gargas de Maurand, issu d'une famille de capitoul, qui devient seigneur du lieu. Le château est peu habité de la 2e moitié du 17e siècle au début du 18e siècle, jusqu'à ce que César, fils de François de Gargas, entreprenne la restauration du manoir où il est né. Une chapelle, aujourd'hui disparue, est mentionnée de 1645 jusqu'à la fin du 18e siècle. La métairie de Malportel est vendue à la Révolution.

Au cours de votre balade, peut-être aurez-vous la chance d’observer le Circaète Jean-Le-Blanc, rapace présent dans les milieux de plaine comme de montagne, reconnaissable à son vol parfois stationnaire au-dessus du sol. Dans les prairies fleuries, remarquez également les nombreuses orchidées sauvages et des papillons.

Galerie photos

© 2019 - Communauté de communes des Portes d'Ariège Pyrénées.

Mentions légales

logoRGPDccpap.png
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now